www.snuipp.fr

SNUipp-FSU du Loir-et-Cher

*

Vous êtes actuellement : AVS - EVS 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
18 octobre 2019

Audience AESH du 14 octobre 2019

Du nouveau pour les AESH ou quand le rectorat envoie des signes de reconnaissance

Le SNUipp-FSU et le SNES-FSU avaient demandé, il y a 3 semaines environ, une audience à Mme La Rectrice pour aborder l’ensemble du « dossier AESH ». Il faut souligner immédiatement les résultats obtenus qui montrent la volonté importante du Rectorat à envoyer des marques de reconnaissance aux personnels concernés.

La délégation de la FSU était composée de Valérie Barzu (SNUipp 45), Paul Agard (SNUipp 37), Joanna Pfeiffer (SNES académique), Arnaud Prier-Cochard (AESH 28) et Stéphane Ricordeau (FSU 41). Nous avons été reçus par M. Daumin (Secrétaire Général), M. Callut (Directeur des Ressources Humaines et M. Virton (IEN chargé de l’ASH).

Pour aller à l’essentiel, voici ce qui a été acté.

• Contrats-Rémunération :

Pour 24 heures hebdomadaires (sur 41 semaines), la quotité travaillée est exactement de 61,2 % et non pas de 60 %. Tous les contrats vont donc être revus et rectifiés en conséquence et la rémunération aussi. Il a été convenu que ce (gros) travail soit effectué pour le 1er janvier 2020. Il est par ailleurs envisageable que l’augmentation de rémunération soit rétroactive au 1er/09/2019.

• « Déroulement de carrière » : on avance !

Si le terme est évidemment abusif, il prend un peu plus de sens après cette audience. Nos interlocuteurs ont en effet reconnu qu’il n’était pas compréhensible que les parcours (parfois très longs) ayant précédé la signature d’un CDI ne soient pas pris en compte en terme d’indice de rémunération. Cela signifie, par exemple, qu’un AESH ayant passé 6 ans en CDD devrait a minima être rémunéré au niveau 3 (indice 334) et non pas au niveau 1 (indice 325). Monsieur le Secrétaire Général n’a pas non plus totalement écarté la possibilité de « remonter plus loin dans le temps » et de prendre en compte des parcours plus longs. Il nous faut maintenant, dans chaque département, faire le point très précisément de chaque situation individuelle. Le SNUipp-FSU a l’objectif de permettre à tous de profiter de cette avancée.

• Frais de déplacement : ça avance aussi !

C’est le même décret qui s’applique pour tous les personnels de l’Education Nationale, donc pour les AESH aussi. Or, ce droit à frais de déplacement n’est pas ou trop peu connu malgré les efforts fournis par le SNUipp-FSU. Il a été convenu que le Rectorat (ou plutôt le SAGAH de Châteauroux) adresserait un courrier à tous les AESH ; ce courrier expliquera le droit et comment utiliser le logiciel (DT Chorus) et redonnera aussi NUMEN et adresse électronique professionnelle à chacun. Cette information venant enfin de l’employeur doit permettre à tous les ayant droit d’en bénéficier. Sur ce point aussi, nous invitons tous les collègues AESH à prendre contact avec le SNUipp-FSU.

• Congés de fractionnement :

Les congés de fractionnement sont octroyés à tous les agents non-titulaires de la fonction publique, non enseignants qui prennent des jours de congés en dehors de la période du 1er mai au 31 octobre, ce qui est le cas de tous les AESH (et des AED aussi). Ainsi les AESH ont droit à : - un jour de congé supplémentaire si ce nombre est de 5,6 ou 7 – deux jours de congés supplémentaires si ce nombre est au moins égal à 8. Ces deux jours de fractionnement constituent un droit lié à la situation individuelle de l’agent. Pour autant, nous avons demandé que ces jours de congé de fractionnement soit donnés de manière automatique aux AESH de l’académie. Le rectorat va étudier la situation.

• PIAL et conséquences :

Nous avons voulu attirer l’attention de nos interlocuteurs sur les probabilités d’affectations plus nombreuses loin du domicile de nos collègues AESH. M le Secrétaire Général s’est engagé à respecter la « règle » du « pas plus de 20 minutes ou de 20 kilomètres ». Il s’agit vraiment d’un grand maximum qui doit demeurer du domaine de l’exception.

• Des AESH « remplaçants » : Cette idée émise par le SNUipp-FSU dans plusieurs départements, semble vouloir être reprise par le Rectorat. Elle reste pour l’instant à l’état de projet et pourrait être expérimentée à petite échelle pour commencer.

• En conclusion :

Tout ce qui figure ci-dessus ne va pas changer radicalement la vie des AESH. Mais sur l’ensemble de ces sujets, les avancées sont réelles et à mettre au crédit d’un dialogue de qualité avec les dirigeants du Rectorat. A nous maintenant, ensemble de concrétiser ces progrès.

Ce que nous souhaitons faire dans le Loir-et-Cher

Prise en compte de l’ancienneté et rémunération

Ce que nous devons faire

Il s’agit ici de traiter plus particulièrement de ce que nous pourrions appeler "le reclassement".

L’engagement du Rectorat à prendre en compte au moins les années de CDD pour définir vote niveau et donc votre indice de rémunération nécessite de fairele point de la manière la plus précise qui soit avec chacun d’entre-vous.

Nous avons donc besoin des éléments de votre parcours dans les missions d’AESH (contrats aidés, CDD, CDI) pour e évaluer les incidences en matière de rémunération.

A cet effet vous trouverez donc ci-joint une enquête à nous retourner complétée.

 

37 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 41 35-37 avenue de l’Europe BP 30836 - 41008 BLOIS Cedex tél : 02 54 42 28 30 mail : snu41@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU du Loir-et-Cher, tous droits réservés.