www.snuipp.fr

SNUipp-FSU du Loir-et-Cher

*

Vous êtes actuellement : Action 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
15 janvier 2021

Grève mardi 26 janvier - Enquête

Pour un plan d’urgence pour l’école Pour revaloriser le métier d’enseignant

mardi 26 janvier

Tous en grève et présents à la manifestation départementale

Blois - Préfecture - 10h30

Enquête grève

Depuis l’arrivée de JM Blanquer rue de Grenelle, notre système éducatif n’a jamais été aussi malmené et les personnels aussi mal considérés.

Après s’être attaqué au second degré avec les réformes du collège, du bac, et de la voie professionnelle, le Ministre de l’éducation nationale a cherché à mettre au pas l’école élémentaire avec son petit guide orange et ses repères annuels faisant fi de la politique des cycles. Aujourd’hui, c’est l’école maternelle qui est attaquée avec la volonté d’en faire l’antichambre du CP.

Côté moyens alloués au premier degré, le Ministre de l’éducation nationale s’assoit allègrement sur le budget voté par les représentants de l’État en interdisant tout recrutement de listes complémentaires, voire même de contractuels, pour pallier le déficit en personnels qui se traduit par la vacance d’une vingtaine de postes budgétaires de professeurs des écoles dans notre département.

A camper sur ses positions, le ministre met à genoux le système de remplacement laissant les enseignants face à une équation insoluble : assurer la continuité du service public d’éducation tout en respectant un protocole sanitaire qui peut se renforcer d’un jour à l’autre.

A tout cela s’ajoute le mépris avec lequel le Ministre s’adresse aux enseignants et considère notre profession. Les chaînes d’informations en continu sont devenues le canal officiel par lequel les enseignants sont informés des différents protocoles sanitaires qui seront applicables dans les écoles dès le lendemain ! Et que dire de la gestion sanitaire qui veut que quel que soit le « degré » de la pandémie, les écoles sont considérées comme des lieux stériles, où seules les contaminations entre adultes (négligents) sont possibles !

Concernant la revalorisation de la profession, aucune mesure collective n’est réellement à l’ordre du jour, et le dégel du point d’indice rencontre un refus catégorique.

Sur la question des moyens comme sur celle de la revalorisation du métier, le budget adopté pour 2021 est loin de répondre aux besoins criants de notre pays pour son système éducatif.

C’est pourquoi, la FSU exige, aux côtés des autres organisations signataires, un budget qui renonce aux suppressions d’emplois et engage un rattrapage des pertes salariales subies, grâce à un plan pluriannuel de revalorisation et de création de postes.

 

15 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 41 35-37 avenue de l’Europe BP 30836 - 41008 BLOIS Cedex tél : 02 54 42 28 30 mail : snu41@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU du Loir-et-Cher, tous droits réservés.